Lecture Séries

[Book] Petit Eloge des Séries Télé

Martin Winckler s’y connait en séries télé, c’est certain. Oeuvrant, en plus de ses activités de médecin, sous diverses formes pour la promotion ou la critique de celles-ci depuis des années, notamment à travers des participations à certaines revues comme Génération Séries ou Télé Cable Satellite Hebdo par exemple ou à des ouvrages comme Les Miroirs de la Vie ou Les Miroirs Obscurs (dont je vous causerai peut-être un jour), il revient avec un court essai d’une centaine de pages intitulé, à juste titre, Petit Eloge des Séries Télé chez Folio. De manière surprenante, celui-ci est paru dans la collection à 2 € de l’éditeur : aucune excuse pour passer à côté de ce bouquin donc !

Dans la première moitié de cet Eloge, même si l’auteur se présente lui-même comme sériephile et décrit en complicité avec le lecteur les droits de l’aficionado de séries en paraphrasant Daniel Pennac, Martin Winckler retrace à la fois l’historique et le fonctionnement du monde des séries d’Outre-Atlantique en citant des exemples connus, même s’ils ne le sont pas toujours du grand public (on parle autant d’Urgences et de Star Trek que de Justified ou Dream On). Par exemple, on appréhende mieux l’importance de certaines séries comme Dallas par exemple dans l’évolution des séries de la simple “anthologie” au système feuilletonnant ou encore on perçoit après lecture le découpage classique en “actes” de chaque épisode sur les chaînes nationales pour respecter les coupures publicitaires, etc… On retrouve également des exemples de spin-off, de références, d’épisodes musicaux, de guest-stars, etc : si vous ne voyez pas de quoi je parle, sortez une pièce de 2 Euros et filez chez votre libraire.

La deuxième partie se révèle être une vindicte assez sévère envers de nombreuses diffusions françaises. Que ce soit la qualité des productions locales (liée à l’investissement et la liberté donnés par le diffuseur), les doublages par rapport au sous-titrage, ou encore les adaptations et coupes liée à une censure encore bien présente de nos jours (cf. l’exemple d’un épisode de Dr House dans le bouquin). L’attaque est en mon sens méritée et étayée de manière assez intelligente : Martin Winckler en profite même pour en mettre une couche sur le peer-to-peer.

Enfin, la dernière partie consiste à un échantillonnage de séries recommandées par l’auteur que ce soit en sitcoms ou en dramas (notions expliquées à ce moment là dans le bouquin d’ailleurs). Ici peu de surprises : de nombreux classiques sont de la partie, qu’ils soient récents ou historiques, connus du grand public ou plus confidentiels. Il y a même sans aucun doute des guilty pleasures légèrement plus douteux dans la liste mais comme l’auteur nous octroie à nous sériephiles “le droit d’aimer (ou de détester) sans devoir se justifier”, on ne lui en tiendra pas rigueur, surtout que ce Petit Eloge des Séries Télé vaut bien plus que son faible coût : lecture recommandée pour les amoureux de séries sans aucun doute.

Laisser un commentaire