BD Ciné Reading Séries Watching

[BD] Constantine / Hellblazer

Archétype du anti-héros, John Constantine est un magicien. Mais n’allez pas imaginer un gars avec un chapeau pointu façon Merlin L’Enchanteur ou une baguette et des lunettes du genre Harry Potter ! Non, ce magicien là a la clope au bec, ne boit pas que de l’eau et se trimballe dans un bon vieux Londres crasseux mais contemporain. Spécialiste de l’occulte, luttant à l’aide de multiples ruses et vices contre des démons divers et variés, cet adepte blasé du surnaturel est apparu sous la plume du scénariste Alan Moore (à qui l’on doit, entre autres joyeusetés, V pour Vendetta, Watchmen ou encore From Hell) dans les pages du comic-book Swamp Thing en juin 1985.

 99847

Très rapidement, John Constantine s’échappe des marais pour obtenir son propre comic-book en 1988, intitulé Hellblazer. Avec son look inspiré par le chanteur Sting, l’anti-politiquement correct trouve droit de cité dans cette bande dessinée que DC Comics poussera d’ailleurs dans son label adulte Vertigo à la naissance de celui-ci en 1993. Il en deviendra à terme le titre à la longévité la plus longue de ce label d’ailleurs avec 300 numéros (avant d’être réintégré récemment dans le DC Universe “classique” lors du récent reboot de l’éditeur intitulé “New 52” dans Justice League Dark et sa propre série nommée sobrement Constantine).

 Hell-Guinness

De nombreux grands scénaristes britanniques ont oeuvré sur Hellblazer : Jamie Delano a lancé la série, puis se sont succédés Garth Ennis (connu pour les irrévérencieux Preacher, The Boys et The Punisher), Paul Jenkins, Warren Ellis (les excellents Transmetropolitan, Planetary…), Grant Morrison (The Invisibles, New X-Men), Neil Gaiman (le fabuleux Sandman en comics mais également des romans comme Neverwhere, American Gods…), Andy Diggle (The Losers ou encore Green Arrow Year One qui a lui a valu de donner son nom à un personnage de la série télévisée Arrow) et j’en passe… On retiendra également les runs de Mike Carey et de Brian Azzarello (100 Bullets) comme de grands moments de la série. Bon, et si j’ajoute Peter Milligan qui aura écrit les 50 derniers épisodes et Denise Mina, j’aurai fait le tour de la question en fait.

 hellblazer

Si vous ne lisez pas de comics et que Constantine est un personnage qui vous dit quelque chose, ce n’est pas votre imagination (ou un vilain démon facétieux) qui vous joue des tours. En 2005, le cinéma s’empare du personnage et, même si Hollywood édulcorera un peu le tout, en fait un film… honorable où le personnage principal est incarné par Keanu Reeves, mais dont le nom et un scénario inspiré de l’arc Dangerous Habits de Garth Ennis (#41-46) seront les seuls points communs avec la BD. En effet, tout l’aspect britannique est effacé et le personnage finit bien trop gentillet, sous la direction du futur réalisateur des films Hunger Games (sic).

 

Si je ne peux évidemment que vous inciter à lire du Hellblazer (en VF successivement chez Toth, Panini puis Urban Comics, ou en VO chez DC Comics / Vertigo), vous risquez d’entendre prochainement parler à nouveau de Constantine… à la télévision américaine ! En effet, surfant sur une vague initiée par les séries Arrow sur la CW et Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D. sur ABC (malgré l’aura cinématographique des Avengers, préférez la première à la seconde, conseil d’ami), quasiment toutes les chaînes américaines se sont lancés dans des projets de séries issues de comic-books pour l’an prochain ou l’année suivante. Netflix dégainera pas moins de 5 séries Marvel à tendance urbaine successives (avec notamment Daredevil, Iron Fist, Jessica Jones et Luke Cage), la CW devrait avoir The Flash comme spin-off d’Arrow et Bruno Heller (The Mentalist) développe Gotham pour la FOX, qui s’ancrera dans les jeunes années du policier James Gordon, bien connu des aficionados de Batman. Et encore je vous passe les projets iZombie, Preacher (pour AMC, la chaine de Walking Dead, ça peut valoir le coup) and co.

 Matt-Ryan-Constantine

Bref, David S. Goyer à qui l’on doit les scénarii de la trilogie Blade, de Dark City, de la trilogie Batman de Christopher Nolan et de Man of Steel (mais aussi des bouses comme les 2e Ghost Rider et The Crow : City of Angels hein…) bosse sur le projet pour NBC et le tournage du pilote a démarré avec le gallois Matt Ryan (principalement vu dans le spin-off d’Esprits Criminels) dans le rôle-titre. S’il est encore trop tôt pour dire ce que vaudra la série, ni même si elle passera le cap du simple épisode-test, on peut dire qu’il a un peu plus la gueule de l’emploi. Même si, là encore, le choix d’une grande chaîne comme NBC (visant le grand public) ainsi que l’américanisation du propos fait craindre une potentielle forte édulcoration du scénario, mais Hannibal étant passé sur la même chaîne avec le succès que l’on connaît, qui sait ?

constantine_matt_ryan_est_john_constantine

En quelques lignes (et quelques images), difficile de retranscrire l’esprit de la série Hellblazer et de son personnage à la morale plus que douteuse, mais si vous voulez lire un comic-book historiquement irrévérencieux (plus facile de faire du The Boys au XXIeme siècle après avoir vu passer John Constantine à la fin des années 80, hein) où le héros n’est pas un gars en collants colorés à tendance patriote mais un anglais fumeur et alcoolique escroquant démons, serial-killers et autres, c’est vers Hellblazer qu’il faudra se tourner. Et peut-être attendre de voir ce que vaudra la potentielle future série de la NBC. A bon entendeur…

.

Laisser un commentaire