Séries Watching

[Pilote] The Good Doctor

1ère Diffusion originale : ABC
1ère Diffusion française : TF1

Format : 42 mn

DE QUOI CA PARLE ?

Atteint du syndrome d’Asperger ainsi que de celui du savant, le chirurgien Shaun Murphy, fraîchement diplômé, rejoint un prestigieux hôpital de San José. Livré à lui-même, il éprouve des difficultés à s’intégrer à l’équipe. Mais en mettant son incroyable don au service de ses patients, ce jeune prodige suscite vite de l’admiration chez certains de ses pairs. D’autres, en revanche, n’attendent qu’une erreur de sa part pour le mettre hors course.

CA RESSEMBLE A QUOI ?

MAIS POURQUOI TU AS REGARDE CA ?

A vrai dire, je m’étais noté de jeter un oeil à cette série dès le début de sa diffusion US en septembre 2017 sur ABC. Mais vu la quantité de trucs que je visionne ou que je lis, il faut parfois faire des choix et il y a des choses… que je peux zapper tout simplement ! Et la diffusion française à venir sur TF1 à partir du 28 août 2018 m’a rafraîchi la mémoire… J’ai surtout regardé sur le nom du producteur David Shore qui était aux manettes de Dr House et sur la gueule de l’acteur principal Freddie Highmore qui était déjà un très bon Norman Bates dans Bates Motel. Après, c’est à priori l’idée de Daniel Dae Kim (rôle régulier dans Hawai Five-O) d’adapter un programme sud-coréen du même nom datant de 2013.

ET AU FINAL CA DONNE QUOI ?

J’ai eu la bonne surprise de retrouver Richard Schiff de The West Wing et Antonia Thomas de Misfits au casting et honnêtement, ça fait le job en tant que série médicale. Mais au bout du compte, il n’y a rien de vraiment exceptionnel dans le concept de la série en se tenant au simple pilote : le caractère irascible et le penchant pour la drogue qui menaçaient le poste du Dr House est ici remplacé par le syndrome d’Asperger du héros et sa relative naïveté. Néanmoins, si le concept est usé, la mise en oeuvre reste maîtrisée et de bonne facture, en équilibrant relativement bien le sentimentalisme, l’humour et les “réussites médicales”. A voir à défaut ou si le genre vous botte, je dirais…

Laisser un commentaire