Séries Watching

[Pilote] Doom Patrol

Diffusion : DC Universe
1ère diffusion US : 15 février 2019
Format : 42mn

DE QUOI CA PARLE ?

Robotman, Negative Man, Crazy Jane ou encore Elasti-Girl souffrent de handicaps ou ont été physiquement marqués par des accidents. Rejetés par la société et désormais dotés de super pouvoirs, tous ont trouvé un sens à leur vie en agissant pour le compte du Dr. Niles Caulder, un scientifique fou qui leur est venu en aide à un moment donné de leur vie et qu’ils aident à protéger la planète…

CA RESSEMBLE A QUOI ?

MAIS POURQUOI TU AS REGARDE CA ?

Ben, un nouveau projet d’adaptation de comic-book DC, c’est toujours un petit attrait pour moi, surtout après Titans qui m’a au final agréablement surpris, malgré un style parfois trop appuyé dans le sombre et le grim n’gritty. Et le casting était TRES intrigant : Timothy Dalton (Penny Dreadful, Chuck et bien sûr James Bond), Matt Bomer (White Collar), Alan Tudyk (Firefly) ou encore Brendan Fraser (La Momie)… Par contre, l’apparition de cette famille dysfonctionnelle dans Titans m’avait un peu refroidi mais c’est sans doute le changement de ton peu compatible avec le super-dark de Titans qui m’a déstabilisé.

ET AU FINAL CA DONNE QUOI ?

C’est assez barré et l’introduction est un peu longuette au premier abord, mais les personnages sont tellement atypiques que ça tient tout de même le spectateur accroché. On n’est pas tout à fait dans du super-héros classique, mais plus sur un ensemble d’anti-héros dotés de pouvoirs mystérieux. J’ai récemment lu le premier recueil de la partie du comic-book écrite par Grant Morrison qui avait marqué de son empreinte le titre et beaucoup d’éléments semblent venir de ce run assez étrange débuté en 1989. Il y a un gros risque de trouver ça hermétique ou prétentieux, voire même très simplement bizarre et chiant, mais la mise en place est tellement proche de l’esprit du run de Morrison (à qui on peut attribuer les mêmes qualificatifs) que si le côté meta est bien employé, ça peut être très sympathique sur la longueur.

Laisser un commentaire