Watching

[Film] Deux Moi

C’est quoi ?

Origine : France
Réalisateur : Cédric Kaplisch
Acteurs principaux : Ana Girardot, François Civil
Durée : 1h50
Sortie : 11 septembre 2019

Ca raconte quoi ?

Deux trentenaires parisiens sont victimes de la solitude de l’époque dans les grandes villes. Elle multiplie les rendez-vous sur les sites de rencontre, il change de boulot. Elle dort trop, il a des insomnies. Sans le savoir, ils se croisent, sont voisins mais ne se connaissent pas… Ils vont néanmoins dans la même direction.

Et t’en penses quoi ?

Cédric Kaplisch est principalement connu pour Le Péril Jeune et L’Auberge Espagnole mais je dois avouer que je suis peu familier de son cinéma, et le peu que j’en ai vu (Casse-Tête Chinois pour ne pas le nommer) m’avait un peu refroidi ! C’était très parisien, très fade et au final peu intéressant.

Ici, la vie parisienne ou plus généralement des grandes villes et la morosité des célibataires hyper-connectés sont un peu plus digestes, même si elles restent déprimantes. Ana Girardot en personnalité à la fois lunaire et intégrée dans la vie active et François Civil (le “Clovis Cornillac” de 2019 pour son omniprésence au casting des films français de l’année) dans la catégorie solitaire et “un peu paumé dans la vie” captent l’attention du spectateur mais en deviennent parfois étouffants. C’est ainsi que l’équilibre est trouvé grâce à des moments de respiration et d’humour principalement amenés par des personnages secondaires interprétés efficacement par Simon Abkarian, Camille Cottin et François Berléand.

Au final, cette fable sur la connectivité et la solitude fonctionne et la peinture d’un certain Paris des 18e et 19e arrondissements où l’immigration s’est intégrée et anime la vie de la ville que ce soit dans les commerces, au boulot, etc, reste relativement honnête même si forcément lissée pour laisser la part belle à la solitude de ses protagonistes principaux. Il y a une certaine poésie dans les prises de vue de Kaplisch et certains des chassés-croisés, on ne peut pas le nier et ça emballe de manière esthétique et romantique une histoire au final banale.

Laisser un commentaire