Watching

[Film] Retour à Zombieland

C’est quoi ?

Origine : Etats-Unis
Réalisateur : Ruben Fleischer
Acteurs principaux : Jesse Eisenberg, Emma Stone, Woody Harrelson, Rosario Dawson
Durée : 1h39
Sortie : 30 octobre 2019

Ca raconte quoi ?

Dans un monde infesté de zombies, un groupe constitué de Colombus, jeune geek peu rassuré, de Tallahassee, vieux routard de l’exécution de morts-vivants, et de deux soeurs, Wichita et Little Rock, peu habituées à s’attacher, apprend à vivre ensemble mais la cohabitation et la capacité à s’attacher de ces deux dernières laisse à désirer… Surtout entourés de zombies de plus en plus évolués !

Woody Harrelson et Rosario Dawson

Et t’en penses quoi ?

J’ai découvert Bienvenue à Zombieland, le 1er opus, sur le tard (2 semaines avant le visionnage de sa suite pour tout dire) et je l’ai globalement trouvé à la hauteur des échos que j’en avais eu : rythmé, fun et sans prise de tête… Mais si j’ai attaqué cette suite plutôt confiant sur l’univers développé, je l’étais un peu moins sur la performance de Ruben Fleischer qui m’avait globalement déçu dernièrement avec Venom (sans doute peu aidé par le scénario de Kelly Marcel, Jeff Pinkner et Scott Rosenberg).

Pour Retour à Zombieland, Ruben Fleischer retrouve les scénaristes d’origine Paul Wernick et Rhett Reese et le casting du précédent au complet avec Jesse Eisenberg (The Social Network, Insaisissables), Emma Stone (La La Land, The Amazing Spider-man), Abigail Breslin (Little Miss Sunshine) et Woody Harrelson (Money Train, Tueurs Nés, True Detective). De ce fait, on reprend l’histoire du groupe de personnages quelques temps après la fin du précédent de manière très fluide et « logique ». On en profite pour enrichir la mythologie avec de nouvelles « règles » du personnage de Jesse, faire évoluer les relations conflictuelles en relations familiales et ajouter une classification amusante des zombies… mais en fait, on reprend les mêmes et on recommence !

Cette répétitivité dans le concept est le seul vrai défaut d’un film qui continue à en faire des tonnes 10 ans après son prédécesseur. Les quelques ajouts sont amusants et équilibrés (à part peut-être une surenchère sur le personnage de Zoey Deutch) mais on redonne dans la recette qui marche de ce Shaun of the Dead à la sauce américaine : humour potache, zombies à la destinée qui tâche… C’est ce qui fera que Retour à Zombieland est un peu moins jouissif car un peu plus prévisible mais quel plaisir de retrouver cet univers déjanté et cette galerie de personnages !

Laisser un commentaire