Archives pour la catégorie Tech

Un Sonic sur 3DS très… rapide

J’avoue : gamin, je préférais largement le hérisson bleu survitaminé de Sega au plombier moustachu de Nintendo. Mais force est de constater que, depuis l’époque des 16 Bits et de la “guerre” Sega Megadrive / Super Nintendo, Mario a eu un meilleur destin que Sonic en terme d’adaptation aux nouvelles machines et à la 3D. La rupture a eu lieu pour moi avec Sonic Adventure sur la Dreamcast : pas un mauvais jeu en soi, loin de là, mais son gameplay m’a clairement déçu en comparaison d’un Mario 64 qui conservait à l’époque toute la magie de son univers. Depuis j’ai juste survolé les différentes versions sorties pour le hérisson de Sega. Oui, “c’est plus fort que moi”…

Arrivé au 20ème anniversaire de Sonic l’an dernier et aux différentes annonces dont un Sonic 4 en téléchargement par épisodes et surtout un Sonic Generations sur toutes les plateformes, je me suis repenché sur le sujet et ai suivi les news, tests and co… Beaucoup de déceptions dans ces tests : “de la redite”, “ça n’évolue pas”, etc… Alors forcément ça refroidit ! Surtout que le découpage de Sonic 4 m’a donné l’impression d’une pompe à fric pour l’anniversaire de la licence plus qu’à un réel bon jeu… Alors finalement je me suis résigné à plutôt attendre Sonic Generations que ce “nouvel épisode” 4.

Sortant sur de multiples plateformes, Sonic Generations partait d’un principe d’anthologie des meilleurs niveaux de tous les Sonic sortis : pas bête pour le nostalgique des premiers comme moi ! Les versions consoles HD “White Time and Space” de ce titre proposent un mix 3D ou 2D pour la majeure partie des niveaux : aie, pas vraiment le but recherché d’autant plus que rester devant un grand écran avec une manette est moins naturel pour moi qu’avant. Heureusement, la version 3DS se révèle “appauvrie” au grand dam de la plupart des sites et magazines spécialisés et finit par n’être qu’une version simplifiée avec le fameux gameplay 2D de l’époque même si on est sur une console proposant de la 3D stéréoscopique.

Pour couper court : oui, ce jeu est assez simple, sans doute rapide à terminer (genre en 2-3h maxi), et les niveaux sont du déjà-vu. Mais quel pied de rejouer au “vrai” Sonic : celui en 2D (même si visuellement il y a des phases 3D légères par moment) avec ses niveaux mythiques comme Green Hill, Casino Night, etc et surtout une rapidité très bien rendue. Graphiquement c’est coloré, le design de la licence est respecté et l’ensemble est globalement joli. La 3D stéréoscopique est même plutôt agréable, mais sur une courte durée car les mouvements rapides du personnage fatiguent rapidement les yeux dans ce mode là.

Alors bien sûr je me le suis trouvé à 17 Euros et j’aurais sans aucun doute été beaucoup plus strict si je me l’étais payé à sa sortie à près de 40, mais pour tous ceux qui ont aimé cette franchise, c’est une (courte) piqûre de rappel de bon aloi avec un petit niveau en moins de 5 minutes et on referme sa console, un petit versus façon course “old school” de temps à autre et enfin une collection de “bonus” (illustrations, etc) déblocables par des défis réussis ou par coup de 5 “pièces de jeu” 3DS StreetPass (pour changer des pièces de puzzles Nintendo…)… Bref, pas un jeu énorme, pas forcément un jeu qui a mérité sa sortie en version “boîte” mais un petit moment de détente et d’amusement “old-school” qui fera patienter les fans nostalgiques… entre 2 Mario ! :)

 

HTC One X : Premières impressions

Je ne ferai pas l’affront de parler de “test” vu que je ne suis absolument pas spécialiste tech et que je n’ai le nouveau smartphone d’HTC entre les mains depuis moins de 24h mais je vais simplement causer de la bestiole et de mes premiers pas sous Android (car à part iOS sur iPhone 3G et 4, je n’ai connu qu’un vieux Windows Mobile 5.0 auparavant).

Le Déballage

Le packaging de ce téléphone est assez simpliste mais efficace avec une boîte blanche comprenant l’appareil, son alimentation/cable USB et une paire d’écouteurs (non Beats Audio alors que l’HTC One en est “équipé”). Ce smartphone est un tout petit peu plus léger que l’iPhone 4 (130 grammes contre 137 pour celui d’Apple). Le design est simple mais la faible épaisseur du téléphone est assez appréciable. L’écran est “énorme” (4,7”) quand on vient à peine de lâcher celui d’Apple de 3,5” mais est comparable à un HTC Desire ou Sensation (4,3”). L’arrière de la coque est faite en matière plastique non lisse : rassurant quand on n’a pas encore de coque de protection ou d’étui (mais ce sera bientôt réglé par une prochaine commande chez MaisonDuGSM). On notera qu’il n’y a pas de bouton “physique” sur l’avant et que les autres (volume, démarrage) sont très discrets. Beaucoup râlent en revanche sur l’absence de slot SD et sur l’impossibilité d’accès à la batterie 1800 mA-h Li-Polymer de l’appareil et c’est certain qu’il s’agit d’un bémol considérable en soi suivant l’utilisation que l’on peut avoir de son téléphone, mais venant d’un appareil n’ayant que 16 Go d’espace disque avec les mêmes “défauts” : avoir 26 Go (sur les 32 en tout), c’est déjà plus confortable. Autre bon point qui m’a évité de redemander une SIM à mon opérateur : le format est comme pour l’iPhone celui d’une micro-SIM.

La Prise en Mains

Pour le premier démarrage après sa première charge, la configuration du téléphone est un peu longuette mais très simple : renseigner ses données locales (langue, etc) et ses différents comptes (Google, Hotmail, Twitter, Facebook, etc). Comme je l’ai dit plus haut, étant donné qu’il s’agit de ma première approche d’Android, je ne saurai pas vous dire pour l’instant ce qui est lié à la version 4.0.3 Ice Cream Sandwich de l’OS et ce qui est plutôt lié à la surcouche HTC Sense 4.0 mais la gestion des différents “bureaux”, l’installation ou réorganisation de widgets (super agréable quand on vient d’iOS, notamment pour l’agenda et la gestion de certains paramètres du téléphone comme WiFi, Bluetooth, GPS… auquel il était bien plus fastidieux d’accéder), etc se fait sans encombre et est très intuitive. De même l’ensemble est super-réactif : le processeur Tegra 3 quad-core à 1,5 GHz et son Go de mémoire vive ne sont pas inutiles.

Ayant déjà l’habitude d’utiliser un écosystème Google, la synchronisation des contacts et l’accès aux différents services (Agenda, Docs and co) a été assez simple : il m’a suffit de renseigner mes identifiants pour chaque service et en avant Guingamp ! Etant donné que j’étais également utilisateur de services comme Dropbox ou Evernote par exemple, j’ai eu droit à la même simplicité. A noter que Dropbox offre 25 Go pendant 2 ans d’espace disque dans le cloud et que les photos prises avec l’appareil 8 Megapixels du téléphone sont automatiquement uploadées vers le service de stockage en ligne. J’ai ensuite récupéré les différentes apps que j’utilisais couramment sur iOS (ça permet de faire du tri au passage) et cherché des équivalences à certains services. Et là si la navigation sans but dans le Market (Google Play désormais) est parfois contre-intuitive que ce soit sur le téléphone ou par le biais de son compte Google sur ordi (le bonheur de ne plus passer par cette usine à gaz d’iTunes !), les installations sont hyper-facilitées et ultra-rapides sur cet appareil.

Les Apps

J’ai retrouvé la plupart de certains classiques sur le téléphone ou sur Google Play (Facebook, Evernote, Dropbox, Spotify, etc) et certaines sont même mieux que les versions iOS car plus configurables (les apps Google comme Talk ou Latitude mais également l’app des Cinémas Gaumont/Pathé où je peux enfin mémoriser mon numéro de carte illimitée et régler la luminosité dans l’app pour le scan des e-Billets sur téléphone). En revanche, j’ai eu plus de mal à trouver un client Twitter convenable avec les notifs qui vont bien et une ergonomie convenable : je me suis rabattu sur TweetDeck et, même si je pense m’y habituer, mon bon vieux TweetBot me manque déjà. J’ai ensuite retrouvé Instagram, fraîchement sorti sur Android, mais… qui ne fonctionne pas avec l’appareil photo de mon téléphone pour le moment : on va souhaiter une mise-à-jour rapide mais c’est moins handicapant que le client Twitter.

Pour l’écoute de podcasts, si la mise en oeuvre est un peu plus fastidieuse qu’avec iTunes pour s’abonner à ceux-ci, j’ai trouvé mon bonheur avec Podcast Addict : pratique, configurable et proposant par défaut les podcasts Freepod et NoWatch qui sont la majorité de ceux que j’écoute et visionne. J’ai ajouté ensuite via leurs liens RSS ceux d’Allociné et quelques autres (Comixity et Gameblog par exemple) et ça fonctionne bien.

La (Pré-)Conclusion

Il me reste évidemment à m’habituer complètement à l’interface et sans doute à trouver de nouvelles habitudes d’utilisation avec ce HTC One X et même si “cela reste un téléphone”, je suis plutôt satisfait de prime abord : le rendu de l’écran est très bon, l’interface reste très accessible pour quelqu’un qui ne veut pas jouer forcément “au barbu” continuellement avec son téléphone et la majeure partie de mon utilisation courante d’un smartphone se retrouve facilement, y compris la synchronisation Bluetooth avec l’autoradio de ma voiture pour le mains libres et le streaming audio. Et si je n’ai pas pu le tester sur une journée entière, l’autonomie est certes moins performante que ce que j’ai pu connaître avec l’iPhone (j’en suis à 79% de batterie en 3h d’utilisation courante en Wi-Fi), elle reste tolérable étant donné que j’ai souvent une alimentation électrique à portée de main (maison, boulot, voiture) : ce sera sans doute plus discutable sur une journée complète à l’extérieur (réunion boulot, etc) mais comme dans ces cas-là, le téléphone est peu utilisé, la consommation sera sans doute à l’avenant.

Bref, quelques ajustements et explorations à faire et de nouvelles habitudes à prendre mais très content de l’achat de mon nouveau joujou pour l’instant ! :)