The Flash

[Pilote] The Flash

Diffusion : CW
Format : 42mn

DE QUOI CA PARLE ?

Barry Allen, agent de la police scientifique à Central City, est touché par des éclairs issus de l’explosion d’un accélérateur de particules. A son réveil d’un coma de quelques mois, il se retrouve doté d’un pouvoir paranormal de super-vitesse, se dote d’un costume rouge et devient un super-héros nommé… Flash. Idéal pour lutter contre d’autres méta-humains moins bien intentionnés que lui.

CA RESSEMBLE A QUOI ?

MAIS POURQUOI TU AS REGARDE CA ?

The Flash est le spin-off d’Arrow, autre série de super-héros issue du catalogue DC Comics diffusée sur la même chaine et qui fonctionne très bien en mon sens : pas prise de tête mais équilibrant aspect fanboy et codes de la série de justicier. La même équipe créatrice composée de Greg Berlanti et Andrew Kreisberg est à l’origine de la série et le héros interprété par Grant Gustin a été introduit à la moitié de la saison 2 d’Arrow.

ET AU FINAL CA DONNE QUOI ?

C’est dans le ton de la série-mère en un poil moins sombre donc on retrouve ici les mêmes qualités et les mêmes écueils : le jeu des acteurs est parfois approximatif car leur look est privilégié à leur compétence mais l’ensemble reste assez fun et bien amené. Les bases de la “mythologie” de la série sont posées de manière cohérente et on a envie de suivre ce soap-opéra super-héroïque. On regrettera que la violence modérée d’Arrow ait été troquée contre des effets visuels parfois limites mais obligatoires de par la nature même du personnage. Amusante anecdote et clin d’oeil de la part des producteurs : le père du héros est interprété par John Wesley Shipp, l’acteur qui jouait lui-même Barry Allen / Flash dans la série des années 90.

The Flash

Gotham

[Pilote] Gotham

Diffusion : FOX
Format : 42mn

DE QUOI CA PARLE ?

Les jeunes années du futur commissaire James Gordon à Gotham City, ville crépusculaire dévorée par le crime, qui s’escrime à lutter contre les malfrats aux côtés du désabusé Harvey Bullock et en cotoyant le jeune Bruce Wayne, dont les parents viennent d’être assassinés et qui endossera un jour le costume de Batman, ainsi que les ennemis en devenir de l’homme chauve-souris.

CA RESSEMBLE A QUOI ?

MAIS POURQUOI TU AS REGARDE CA ?

Lecteur assidu de comic-books depuis plus de 25 ans, j’ai à peu près vu tout ce qui se faisait comme adaptation dans le domaine super-héroïque, donc assez prévisible que ça passe sous mes yeux, d’autant plus que cela concerne l’univers Batman. Après, le projet est porté à la base par Bruno Heller, scénariste sur The Mentalist et Rome, qui, même si je ne suis pas un méga-fan de son taff, est un bon faiseur. Les acteurs principaux, Ben McKenzie et Donal Logue, issus de Southland et de Son of Anarchy, ne me faisaient ni chaud ni froid en revanche.

ET AU FINAL CA DONNE QUOI ?

Alors je passerai sur les anachronismes, les changements d’apparence et de relations entre les personnages par rapport à l’univers “canonique” à la fois dans les comic-books Batman et dans les précédentes adaptations audiovisuelles car ça ne concernera que les fanboys extrémistes. Il y a des trucs qui me font tiquer dans ce domaine mais force est de constater que l’ensemble de l’univers Gotham est assez bien retranscrit : c’est poisseux, dévoré par le crime, la corruption et l’insécurité. L’idéaliste James Gordon et le désabusé Harvey Bullock sont bien campés et le duo fonctionne. Les bases posées par le scénario du pilote sont en revanche très déséquilibrées en mon sens. Si l’univers est bien mis en place, la quantité de personnages secondaires présentée est bien trop importante (à peu près tous les méchants d’envergure de l’univers de l’homme chauve-souris font une apparition dès le pilote sous leur identité civile, sans parler des flics comme Rene Montoya, etc) et semble simplement fait pour combler les aficionados de l’easter egg et des cameos. De plus, si l’enjeu de l’apparition de Bruce Wayne est compréhensible (un fil rouge “naturel” à la série), il reste extrêmement artificiel à mes yeux. Bref, on sent une fébrilité pour le lancement du show qui est un peu dérangeante. Néanmoins, de bonnes surprises sont à noter comme l’excellente interprétation du Pingouin par Robin Lord Taylor et, malgré les “erreurs de jeunesse” dont j’ai parlé, le pilote (réalisé par celui qui avait fait le film Judge Dredd avec Stallone !) donne quand même envie de voir comment la série va se développer par la suite. Par contre, ça risque vite de virer au quitte ou double dans les prochains épisodes diffusés.

Gotham

Forever

[Pilote] Forever

Diffusion : ABC
Format : 42mn

DE QUOI CA PARLE ?

Henry Morgan est médecin légiste. Bon, et accessoirement immortel. Depuis 200 ans, il cherche à résoudre ce “léger désagrément”. Poussé par son seul ami chauffeur de taxi au courant de son secret, il va faire équipe avec la détective Jo Martinez pour résoudre des enquêtes criminelles.

CA RESSEMBLE A QUOI ?

MAIS POURQUOI TU AS REGARDE CA ?

Certainement pas pour le seul rôle que je connais à l’acteur principal Ioan Gruffudd (Red Richards dans les 2 médiocres films Fantastic Four) ! Plutôt dans l’idée de trouver par hasard une série policière “facile” comme peut l’être par exemple Castle (mais qui attaque déjà sa 7ème saison) pour les moments où je n’ai pas forcément envie de me concentrer sur ce que je regarde à l’écran. La recette est simple : un duo d’enquêteurs peu conventionnels l’un pour l’autre et qui s’apprivoisent au fil d’épisodes pour la plupart indépendants. Vieux comme le monde mais ça fonctionne toujours à son petit niveau. Pour l’anecdote, la série est créée par un ancien de Chuck et de Las Vegas, Matthew Miller.

ET AU FINAL CA DONNE QUOI ?

C’est cohérent avec mes attentes ! Pas prise de tête du tout. Pas phénoménal du tout non plus. Le cast est honnête, le petit fil rouge pour la saison est posé discrètement et justifie de manière logique l’implication du personnage principal. Ca se laisse regarder et ça fait énormément penser à Castle dans le ton semi-humoristique, la dynamique des personnages, etc. Avec ses défauts et ses qualités donc ! On attendra ici un peu plus de présence du contrepoids féminin du duo et si possible un poil d’originalité liée à la condition du héros mais l’ensemble reste un guilty pleasure potentiel et une série policière légère de facture honnête pour larver devant la télé.

Forever

Madam Secretary

[Pilote] Madam Secretary

Diffusion : CBS
Format : 42mn

DE QUOI CA PARLE ?

Un secrétaire d’état américain meurt dans un accident d’avion… Et le Président des Etats-Unis himself va chercher une ancienne agent de la C.I.A., ayant désormais une vie rangée en tant que prof de fac avec un mari et deux enfants, pour qu’elle prenne ce poste vacant de secrétaire d’état.

CA RESSEMBLE A QUOI ?

 

MAIS POURQUOI TU AS REGARDE CA ?

Pure curiosité à vrai dire ! Il y avait un peu de buzz autour de la “série produite par Morgan Freeman” et je me demandais ce qu’était devenue l’ex-femme de David Duchovny, Tea Leoni, dont je me souviens juste sa sitcom très moyenne des années 90 Une Fille à Scandales et son apparition dans le film Bad Boys à la même époque. Barbara Hall, créatrice de la série, avait au préalable bossé sur Joan of Arcadia… dont je n’ai absolument pas entendu parlé.

ET AU FINAL CA DONNE QUOI ?

Madam Secretary en elle-même n’est pas une série désagréable : le rythme fonctionne, les personnages ne sont pas rédhibitoires, les acteurs jouent de manière honnête et l’intrigue, même si très prévisible pour un premier épisode de série, tient la route. Mais on est très loin d’un grand cru : il n’y a pour l’instant pas vraiment d’enjeu passionnant et l’univers de la série est très superficiel dans son traitement du monde diplomatique et politique. Je ne peux pas la comparer à House of Cards ou Homeland. D’abord, je n’ai (pour l’instant) rien vu de la première et la seconde m’a laissé de marbre mais, surtout, ce serait biaisé étant donné que ces deux autres séries “de référence” sont issues de chaines payantes aux USA et donc non soumises aux mêmes “règles” (censure, budget, impératifs d’audience…). En revanche, sur les chaînes classiques, on préfèrera nettement A la Maison Blanche (The West Wing) d’Aaron Sorkin (scénariste de The Social Network et de la série The Newsroom) autrement plus passionnante d’entrée de jeu et qui malgré son âge (1999-2006) fonctionne nettement mieux. Bref, Madam Secretary est passable, tout est pour l’instant trop lisse et trop prévisible : pas impossible que j’y rejette un oeil pour 2-3 épisodes car il y a néanmoins du potentiel, mais sans grande conviction.

Madam Secretary

TV

SÉLECTION DE SÉRIES À VENIR EN 2014-2015

Pour la 3ème année consécutive, je vous fais ma petite présélection des séries de network (c’est à dire des grandes chaines US, pas celles du câble donc ne meuglez pas si vous ne voyez pas un truc du style Better Call Saul dans cette sélection). Ca se base sur le pitch et l’équipe créative, voire parfois le trailer, et c’est purement arbitraire. Ca se passe comme ça chez oam ! :)

Continuer la lecture

Blog à varier