Archives du mot-clé ABC

(c) Marvel Studios

2014 : Les mecs en collants sur nos écrans

Je ne remonterai pas jusqu’aux premières apparitions de Georges Reeves en Superman, ni même à la série Batman des années 60 avec Adam West et Burt Ward (dont l’intégrale est désormais dispo en DVD : pour le cadeau de Noël honteux c’est ICI) ou encore aux films de l’homme chauve-souris par Tim Burton, mais les années 2000 ont bien installé les super-héros américains sur les petits et grands écrans. Après des jalons posés au cinéma par Sam Raimi et son Spider-Man et Bryan Synger et ses X-Men, le genre s’est clairement imposé avec la trilogie Dark Knight de Christopher Nolan débutée en 2005 et le 1er Iron Man de Jon Favreau sorti en salles en 2008.

Continuer la lecture

MANHATTAN LOVE STORY

[Pilote] Manhattan Love Story

Diffusion : ABC
Format : 22mn

DE QUOI CA PARLE ?

Dana, provinciale naïve, débarque à New York, se trouve un boulot et un rencard avec Peter. Peter, new-yorkais cynique, est un je-m’en-foutiste et un obsédé à qui on vient d’imposer un rencard… avec Dana. Et évidemment ces deux êtres diamétralement opposés vont finir par se plaire.

CA RESSEMBLE A QUOI ?

MAIS POURQUOI TU AS REGARDE CA ?

J’avais une vingtaine de minutes à perdre ? Sur le papier, on va juste relever que cette sitcom a pour particularité d’employer une voix off pour ses deux personnages principaux, un peu à la manière de JD dans Scrubs, et que le procédé pouvait amener une lecture amusante à un thème éculé. Il n’y a rien de notable dans le casting par ailleurs : l’interprète de l’héroïne, Analeigh Tipton, est simplement apparue furtivement dans les films Warm Bodies et Lucy.

ET AU FINAL CA DONNE QUOI ?

Et bien quitte à perdre 20 minutes de sa vie, faites autre chose ! C’est gnagnan et les gags sont d’un classique affligeant. Même le procédé de la voix off est mal utilisé, à part éventuellement dans le pré-générique où elle illustre pas mal un gag sexiste. Elle est bien trop omniprésente et saoûle assez vite le spectateur. Le classicisme des fondamentaux de cette comédie pourraient éventuellement la sauver en terme d’audience mais honnêtement, je ne serai pas là pour m’assurer de sa capacité à redresser la barre. Ou à faire sourire de ses clichés.

MANHATTAN LOVE STORY

Black-Ish

[Pilote] Black-Ish

Diffusion : ABC
Format : 22mn

DE QUOI CA PARLE ?

Dre Johnson a réussi dans la vie : il est marié à une femme médecin, a 4 enfants, vit dans un pavillon de banlieue et vient juste d’être promu Vice-Président de l’agence de comm’ dans laquelle il travaille. Oui mais voilà, cette réussite lui semble avoir été gagnée au détriment de son identité culturelle d’afro-américain. Et son entourage a du mal à comprendre ses états d’âme.

CA RESSEMBLE A QUOI ?

MAIS POURQUOI TU AS REGARDE CA ?

Les comédies annoncées cette saison ne m’attiraient guère sur le papier. Black-Ish (que l’on peut traduire par “noirâtre”) dénote un peu par son sujet un brin casse-gueule sur la crise identitaire d’un américain noir ayant réussi au delà de ses espérances et qui fait une crise de conscience à ce propos. A part Laurence Fishburne (connu pour ses rôles dans Matrix et la série Hannibal) dans un rôle relativement secondaire, le reste du cast m’est complètement inconnu.

ET AU FINAL CA DONNE QUOI ?

Et bien dans le genre éculé de la “sitcom familiale”, ça fonctionne plutôt pas mal. Ce n’est pas véritablement politiquement incorrect (loin de là) mais cette comédie frôle des sujets sensibles (notamment liés à la discrimination) sans ridiculiser la diversité qu’elle met en scène avec humour, ni chercher à se poser en série moralisatrice. On ne rit pas forcément aux éclats mais on sourit régulièrement grâce à un casting rafraîchissant, surtout les enfants qui jouent de manière hyper-naturelle. En résumé, sans être révolutionnaire, Black-Ish semble avoir un potentiel dans le domaine de la comédie familiale et donne envie d’en voir plus.

Black-ish

How to get away with murder

[Pilote] How to get away with murder

Diffusion : ABC
Format : 42mn

DE QUOI CA PARLE ?

Annalise Keating est prof de droit pénal à l’université. Extrêmement exigeante et impitoyable, elle recrute parmi ses étudiants les plus prometteurs pour l’accompagner dans son travail d’avocate de la défense. Mais ces élèves ne s’attendaient certainement pas à se retrouver impliqués dans une affaire de meurtre…

CA RESSEMBLE A QUOI ?

MAIS POURQUOI TU AS REGARDE CA ?

Alors là… Curiosité pure. C’est une série produite par Shonda Rhymes qui est à l’origine de deux soap à succès, Grey’s Anatomy et Scandal, dont je n’ai rien regardé jusqu’à présent. J’étais donc curieux du style de série que pouvait proposer cette productrice car, même si ce n’est pas ma came sur le papier, les ficelles qui mènent un show à un succès public m’interpellent toujours un peu. Par ailleurs, le pitch me semblait un peu plus intéressant que les amourettes médicales de Grey’s Anatomy.

ET AU FINAL CA DONNE QUOI ?

La réalisation est rythmée (quoique un poil trop clippesque), Viola Davis tient bien son rôle central et globalement le pilote pose assez bien les enjeux pour l’ensemble des personnages. Par contre, comme je m’y attendais, le problème pour moi avec cette nouvelle série, c’est sa nature de soap-opera : le too-much dépasse toutes mes craintes dès le pilote ! C’est amusant et je peux comprendre que l’on puisse savourer ce type de série mais entre les personnages secondaires simplistes et les évènements totalement exagérés qui dictent leur dynamique, j’ai vraiment du mal. Bref, à réserver aux fans du genre mais personnellement je passe mon chemin.

How to get away with murder

Forever

[Pilote] Forever

Diffusion : ABC
Format : 42mn

DE QUOI CA PARLE ?

Henry Morgan est médecin légiste. Bon, et accessoirement immortel. Depuis 200 ans, il cherche à résoudre ce “léger désagrément”. Poussé par son seul ami chauffeur de taxi au courant de son secret, il va faire équipe avec la détective Jo Martinez pour résoudre des enquêtes criminelles.

CA RESSEMBLE A QUOI ?

MAIS POURQUOI TU AS REGARDE CA ?

Certainement pas pour le seul rôle que je connais à l’acteur principal Ioan Gruffudd (Red Richards dans les 2 médiocres films Fantastic Four) ! Plutôt dans l’idée de trouver par hasard une série policière “facile” comme peut l’être par exemple Castle (mais qui attaque déjà sa 7ème saison) pour les moments où je n’ai pas forcément envie de me concentrer sur ce que je regarde à l’écran. La recette est simple : un duo d’enquêteurs peu conventionnels l’un pour l’autre et qui s’apprivoisent au fil d’épisodes pour la plupart indépendants. Vieux comme le monde mais ça fonctionne toujours à son petit niveau. Pour l’anecdote, la série est créée par un ancien de Chuck et de Las Vegas, Matthew Miller.

ET AU FINAL CA DONNE QUOI ?

C’est cohérent avec mes attentes ! Pas prise de tête du tout. Pas phénoménal du tout non plus. Le cast est honnête, le petit fil rouge pour la saison est posé discrètement et justifie de manière logique l’implication du personnage principal. Ca se laisse regarder et ça fait énormément penser à Castle dans le ton semi-humoristique, la dynamique des personnages, etc. Avec ses défauts et ses qualités donc ! On attendra ici un peu plus de présence du contrepoids féminin du duo et si possible un poil d’originalité liée à la condition du héros mais l’ensemble reste un guilty pleasure potentiel et une série policière légère de facture honnête pour larver devant la télé.

Forever