Archives du mot-clé Humeur

Like a Virgin (Megastore)

Crevons l’abcès tout de go : je n’ai sans doute aucune légitimité à causer de ce sujet et honnêtement je m’en carre complètement de cette légitimité. Mais voir la horde de charognards se jeter sur les Virgin Megastore agonisants pour y faire au mieux la “bonne affaire”, au pire pour “arrondir ses fins de mois” en revendant certains produits par la suite en faisant une petite marge me fait réagir. Non pas parce que j’ai des amis qui y bossent (j’ai toujours confiance en eux pour rebondir), mais simplement pour le manque complet de déontologie et l’opportunisme cynique que ce comportement implique.

virgin-megastore

Alors bien sûr le commerce et les sales “vendeurs / patrons / actionnaires” (rayez la mention inutile) n’en ont pas non plus selon ces clients indécents, mais que dire des valeurs des “consommateurs”, se posant en victimes continuelles et qui viennent pourtant piétiner le travail de personnes qui n’ont pas forcément causé cette fermeture mais qui dépendent de stratégies générales peu adaptées aux nouvelles lois de leur marché ?

A vrai dire, qu’un magasin ouvre ou ferme ne m’émeut guère de l’extérieur en général : à moins d’y avoir bossé ou d’y avoir vécu des moments personnels spécifiques (rencontres, découverte d’une passion, etc), cela reste la loi du marché que l’on accepte bien facilement quand il s’agit de payer moins cher sa baguette de pain, ses patates ou son café. Et plus c’est médiatisé, plus j’ai une réaction de rejet sur l’aspect larmoyant de la chose : un artisan ou une TPE qui se plantent, les gens ne sont pas au courant ou s’en foutent et pourtant le drame humain et, à son échelle bien sûr, tout aussi présent. Là, c’est peut-être mon contexte professionnel qui m’a vacciné.

En revanche, si je peux être assez froid et cynique sur cet aspect, j’estime qu’il ne faut pas tirer sur l’ambulance pour autant et respecter les êtres humains concernés en s’imaginant à leur place par exemple. Vous voyez ces américains débiles lors du Black Friday qui tournent parfois en émeutes ? Vous vous souvenez de Jean-Pierre Pernaut et de son traditionnel couplet sur les ouvertures de soldes ? Cela vous semblait caricatural et stupide ? Cette semaine, la caricature et la stupidité étaient dans la clientèle abondante des Virgin Megastore, mais la décence en moins. Et que l’on ne vienne pas me causer de “crise” ou autre, si la culture est un droit, cela n’est pas devenu une obligation que je sache (sinon je peux balancer quelques lieux de comportements illicites comme un stade ou certains bars PMU) et les iPad et autres PS3 ne sont pas forcément du Zola ou du Asimov… Je vous laisse à toutes vos « bonnes raisons » : on peut sans doute me reprendre sur de nombreux autres points aussi.

7kltg1

A l’heure où j’écris ces lignes, je reçois un SMS m’annonçant que c’est le dernier jour des soldes au Virgin. Et bien non, je ne m’y précipiterai pas. Je suis passé devant à ma pause déjeuner et ai préféré passer mon chemin et garder en tête les bons souvenirs que le magasin de Marseille St Ferréol et les gens, souvent anonymes pour moi, qui y travaill(ai)ent m’ont procuré (je les en remercie 1000 fois) : mes premières VHS achetées en compagnie de mon père quand je sortais de chez le dentiste un soir, les après-midi adolescents à errer dans les rayons, les pièces de dix balles lâchées sans vergogne dans les bornes d’arcade (notamment Jurassic Park et The House of the Dead) les samedis au sous-sol, les dimanches aprèm où la culture marseillaise se résumait à ce seul magasin ouvert, l’extase devant le bâtiment immense hérité d’une ancienne banque, mes premiers CD rock et mes premiers bouquins de SF, le fait que je me sois remis au comics après une longue interruption… Un commerce ce n’est pas un prix ou un rabais, mais surtout de l’humain et souvent de belles histoires… qui ne finissent pas toujours bien malheureusement et visiblement pas toujours dignement.

Humeur : Pourquoi ne change t’on pas ces petites choses ?

Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi tant de petites choses sont parfois si peu compréhensibles et n’évoluent que très peu au fil du temps ? Des choses de la vie courante, pas des trucs métaphysiques hein.

Prenez un PC de bureau ou un PC portable, vous avez plein de touches de fonction mais pour vous en servir d’une, vous devez appuyer en même temps sur une autre touche (“Fn” en général). Vous avez un pavé numérique ? Pourquoi une touche “Verr. Num.” vu que vous avez les 4 flèches par ailleurs ? De même, nos télévisions vont bientôt pouvoir nous préparer du café, être connectées, etc… Mais pas moyen de retrouver cette foutue télécommande quand vous la cherchez ou d’avoir un indicateur de l’état de charge des piles. Tant de choses simples restent figées très longtemps dans des postures archaïques : rendez-vous compte que l’on continue d’utiliser un système de clavier d’ordinateur ou de “clavier virtuel machin truc” sur nos smartphones destiné à FREINER l’utilisateur (l’origine des claviers AZERTY/QWERTY).

De même, on a un système éducatif assez ouvert qui prend le temps de sensibiliser aux différentes filières, etc… On peut critiquer tel ou tel point ou en encenser d’autres mais pourquoi une bonne partie des gens sortant de l’école ont des difficultés ou ne savent pas lire un formulaire des Impôts ? Ou lire une fiche de paie ? Voire même changer une ampoule, nettoyer un siphon ou changer un pneu crevé ? Pareillement, “nul n’est censé ignorer la loi” mais on ne nous la communique pas et on ne nous y sensibilise pas, à moins d’être dans une filière spécialisée ou confronté pour la première fois au problème. Pas forcément pour des éléments trop pointus, ni pour des éléments issus des 10 Commandements (genre tu ne tueras ou ne voleras point) mais pour des éléments sur la consommation (la différence acompte / arrhes, le droit de rétractation… ou pas, etc) qui servent quasi-forcément au cours d’une vie…

Ce n’est qu’un échantillon des bricoles qui me semblent illogiques quand je prend 2 secondes pour y réfléchir. Il y en a de plus basiques. D’autres sont plus tordues. Et certaines ont sans doute des raisons que je n’appréhende pas par un manque d’expérience ou d’intelligence, mais dans l’ensemble, il me semble que l’on a parfois tendance à pousser très loin des raisonnements (qu’ils soient politiques, scientifiques, commerciaux, artistiques, etc) ou revendiquer plein de choses mais que la logique de base est parfois très vite écartée. Répéter n’étant pas forcément recommencer : il faudrait parfois réviser certains basiques avant d’en arriver à frôler l’absurde, comme d’étranges choix de société : par exemple, accepter d’être taxé pour financer culture, sport, accession à la propriété, etc mais laisser le soin à des associations de nourrir les gens les plus démunis l’hiver…

Tout cela me semble parfois étrange, puis je passe à autre chose…
Comme tout le monde.