Archives du mot-clé Warm Bodies

MANHATTAN LOVE STORY

[Pilote] Manhattan Love Story

Diffusion : ABC
Format : 22mn

DE QUOI CA PARLE ?

Dana, provinciale naïve, débarque à New York, se trouve un boulot et un rencard avec Peter. Peter, new-yorkais cynique, est un je-m’en-foutiste et un obsédé à qui on vient d’imposer un rencard… avec Dana. Et évidemment ces deux êtres diamétralement opposés vont finir par se plaire.

CA RESSEMBLE A QUOI ?

MAIS POURQUOI TU AS REGARDE CA ?

J’avais une vingtaine de minutes à perdre ? Sur le papier, on va juste relever que cette sitcom a pour particularité d’employer une voix off pour ses deux personnages principaux, un peu à la manière de JD dans Scrubs, et que le procédé pouvait amener une lecture amusante à un thème éculé. Il n’y a rien de notable dans le casting par ailleurs : l’interprète de l’héroïne, Analeigh Tipton, est simplement apparue furtivement dans les films Warm Bodies et Lucy.

ET AU FINAL CA DONNE QUOI ?

Et bien quitte à perdre 20 minutes de sa vie, faites autre chose ! C’est gnagnan et les gags sont d’un classique affligeant. Même le procédé de la voix off est mal utilisé, à part éventuellement dans le pré-générique où elle illustre pas mal un gag sexiste. Elle est bien trop omniprésente et saoûle assez vite le spectateur. Le classicisme des fondamentaux de cette comédie pourraient éventuellement la sauver en terme d’audience mais honnêtement, je ne serai pas là pour m’assurer de sa capacité à redresser la barre. Ou à faire sourire de ses clichés.

MANHATTAN LOVE STORY

Zombies, Drogue, Néanderthal, etc

Sous cet intitulé obscur et racoleur, je vais rompre le silence de bientôt deux mois sur ce blog pour partager rapidement des notes de visionnage assez succinctes. Ca peut vous donner des idées pour vos écrans si les ponts du mois de mai se révèlent pluvieux. Ne me dites pas merci. ;)

Cloud Atlas

Parfois inégal et peut-être un chouïa longuet, l’adaptation du bouquin Cloud Atlas s’avère être un très bon exemple de montage réussi, avec un excellent enchaînement d’époques et de destinées sur 5 siècles. S’il est techniquement réussi et bien porté par les acteurs aux multiples visages que peuvent avoir ici Tom Hanks, Halle Berry mais surtout Ben Whishaw ou encore un savoureux Jim Broadbent, son scénario est certes intéressant et avec une certaine portée philosophique mais il est beaucoup moins compliqué que ce que l’on a pu en dire. Pas mal du tout.

Cloud-Atlas

Warm Bodies Renaissance

Honnêtement, j’y allais un peu à reculons, me méfiant d’un Twilight-like. Et bien, si ça ne vole guère plus haut, ce film de zombies très soft adaptant ouvertement à sa façon Romeo et Juliette est une bonne surprise si on veut se vider la tête (mais pas les tripes). L’humour fonctionne pas mal, le mélo prévisible est décomplexé et on s’en amuse souvent : bref, un petit moment sans prétention avec un couple assez inédit zombie / être humain.

WarmBodies

The Place Beyond the Pines

De belles images, des destinées qui se croisent et un casting solide avec Ryan Gosling notamment et un Bradley Cooper à contre-emploi (pas forcément très adapté cependant) : voilà ce que propose ce long-métrage. Un poil long et assez lent, je ne recommande pas un visionnage tardif et il faut être adepte de ce genre de ton. En revanche, s’il n’est pas parfait niveau rythme, le message délivré est intéressant en ce qui concerne les choix de vie et les héritages familiaux.

theplacebeyondthepines

Les Gamins

Une comédie française rafraîchissante ! Rebondissant sur un ton assez potache et avec un duo comique Max Boublil / Alain Chabat qui fonctionne très bien, ce premier film d’Anthony Marciano fait rire très régulièrement. Un feel-good movie, parfois mysogyne au vu du thème des hommes-enfants fuyant leurs femmes respectives, mais l’amusement est bien présent. Mention spéciale à Sandrine Kiberlain dont je ne soupçonnais pas le potentiel comique.

gamins

Jappeloup

De belles images dans ce biopic sur Pierre Durand et son cheval Jappeloup, champions olympique du saut d’obstacle aux Jeux Olympiques de Séoul en 1988 : voilà ce qui marque le plus à la sortie de la salle. Très bien porté par son casting, pas forcément par un Guillaume Canet parfois agaçant et maniéré, mais surtout par un Daniel Auteuil magistral et des femmes discrètes mais fortes interprétées avec beaucoup de justesse par Marina Hands, Lou De Laâge et Marie Bunel, le long-métrage déroule le fil de son scénario de manière fluide et intéressante. Un joli film français, même si survendu par la promo.

Jappeloup

Le Huitième Pêché

Je crois que ce film n’a même pas le potentiel pour devenir un vrai nanar. Ni même l’audace ou les qualités cinématographiques d’un téléfilm érotique de M6 (à l’époque) ou de certaines chaînes de la TNT désormais. Bref, on ne se demandera pas pourquoi il n’apparaît même pas sur Allociné malgré une sortie en salles et une dispo DVD mais j’avoue que j’ai beaucoup ri (à ses dépends) lors du visionnage.

8epeche

Indiana Jones et la Dernière Croisade

Un classique du cinéma d’aventure ce 3ème Indy ! Steven Spielberg, Harrison Ford, Sean Connery, la quête du Graal, des allemands pré-Seconde Guerre Mondiale : que dire de plus ?

indianajones3

La Maison de la Radio

Documentaire sur Radio France réalisé par Nicolas Philibert à qui l’on doit notamment Etre et Avoir, un autre docu en 2002 sur la vie d’une école communale, La Maison de la Radio présente avec humour et un certain naturalisme (sans narrateur ou interview) ce microcosme humain et radiophonique que peut être ce navire amiral de la radio publique française. Intéressant, doux et amusant.

Maisondelaradio

Scarface

Là encore un classique que je n’avais pas vu depuis belle lurette. Al Pacino est magistral en cubain immigré devenu parrain de la drogue, Brian DePalma orchestre un véritable ballet de violence et on ne voit pas le temps passer. Bref, un bon gros kiff cinématographique vu sur grand écran pour la première fois grâce à la séance spécialement consacré à des classiques que les cinémas Gaumont Pathé organisent tous les 2 mois environ. Après Apocalypse Now et Scarface, on aura droit aux Dents de la Mer fin juin.

Scarface

Les Croods

Après Dragons, on file pour la préhistoire rejoindre une famille haute en couleurs confrontée à un cataclysme. La bande-annonce et l’affiche étaient un peu rebutantes mais au final, je me suis bien amusé pendant ce dessin-animé qui donne le ton dès son pré-générique avec une chasse à l’oeuf très football américain. Moins fin graphiquement que Dragons mais avec un design de la faune et de la flore de son univers très féérique, on peut classer Les Croods comme une très bonne surprise en animation pour 2013 (même si le programme est chargé pour les mois à venir avec Epic, Planes, Moi Moche et Méchant 2, Frozen, Minuscule, etc).

Croods

Iron Man 3

S’il est sans doute la meilleure solution pour le film Marvel succédant au mastodonte Avengers avec une baisse de pression bienvenue, Iron Man 3 n’en demeure pas moins légèrement décevant avec un scénario peu respectueux du comic-book sur la partie Mandarin et surtout dont l’humour s’avère être trop enfantin pour être réellement efficace. La seconde moitié du film réhausse tout de même le niveau avec des effets visuels et des scènes de combat très plaisants. Loin d’être une purge (Shane Black à la réal’ s’en sort même pas mal), mais ça sent un peu la gueule de bois après l’ivresse du film Avengers. Et puis Eiffel 65 et Lou Bega à la place d’AC/DC : faut peut-être pas abuser de mon second degré quand même !

IronMan3