Archives du mot-clé Wildstorm

New 52 – Stormwatch #1-2

Autre titre Wildstorm à intégrer l’univers DC Comics, Stormwatch a été créée au départ par le fondateur du label Jim Lee mais a surtout pris son envol grâce à l’écriture très sombre de Warren Ellis qui a ensuite mené à la création une série plus connue (et reconnue) The Authority, plus jusqu’au-boutiste dans ses propos.

 

La nouvelle mouture de Stormwatch reprend la structure de la super-équipe agissant dans la confidentialité, une équipe de super-héros “professionnels”. On retrouve les membres classiques de l’équipe comme Jack Hawksmoor, l’homme qui communique avec les villes, par exemple. Le premier numéro narre d’ailleurs la tentative de recrutement d’Appolo, sorte de Superman-like de The Authority en ce qui concerne la puissance mais qui n’a en revanche aucune envie de jouer au boy-scout. L’ajout le plus surprenant dans ce relaunch, c’est la présence dans l’équipe du Martian Manhunter. Ce personnage n’appartenait pas à Wildstorm mais était en fait un membre essentiel de la Justice League depuis des dizaines d’années : il était en quelque sorte le membre le plus stable de cette équipe quelqu’en soit l’époque ou les membres. On ne sait évidemment pas encore les tenants et les aboutissants de sa présence mais il intrigue dès le départ, d’autant plus qu’une bizarrerie (anomalie ?) attire l’attention : il est censé avoir été membre de la Justice League de cette nouvelle continuité (qui n’est censée n’avoir que 5 ans d’existence) avant d’appartenir à Stormwatch. En 5 ans de continuité, faire changer de groupe un personnage aussi stable et “calme” ? A voir…
Pour ce qui est du premier numéro, si on peut malheureusement trouver que tous les personnages présentés ne soient pas mieux présentés (voire pas du tout pour certains), le scénario proposé par Paul Cornell se met bien en place à mon goût et garde bien l’esprit à la fois un peu militaire et surtout un peu extrémiste de l’équipe. J’avais bien aimé le boulot de ce scénariste britannique sur Wisdom et Captain Britain and the MI13 chez Marvel donc je lui laisse sa chance sur plusieurs numéros. Le dessinateur Miguel Sepulveda (Thunderbolts, The Thanos Imperative), s’il n’est pas une “pointure”, livre des planches honnêtes bien qu’un peu sombres.Difficile de se faire une idée définitive de ce titre après un simple numéro : j’ai tendance à faire confiance au scénariste pour améliorer la lisibilité du titre (difficile avec tant de personnages) et je suis agréablement surpris du respect de “l’esprit” Stormwatch / The Authority dans ce titre appartenant au DC Universe désormais. Mais je reste un peu sur ma faim malgré un twist en fin d’épisode assez sympathique. On notera que le TPB des 7 premiers numéros de ce titre sortira en couverture souple aux USA pour 14,99 $ en mai 2012.

New 52 – Grifter #1-2

DC Comics a profité du reboot de son univers principal pour y adjoindre des éléments de l’univers Wildstorm. L’un d’entre eux se nomme Grifter et a l’honneur d’une série éponyme avec Nathan Edmonson au scénario (qui a seulement officié chez Image Comics précédemment) et Cafu aux dessins.

 


Le personnage de Grifter est, dans la continuité Wildstorm d’avant reboot, un black ops nommé Cole Cash doté de pouvoirs psi, sur-entrainé et lié à la fois à l’organisation I.O. (sorte de SHIELD de cet univers) et aux WildC.A.T.S. (et donc à la lutte entre de factions aliens : Kherubims et Daemonites). Dans la nouvelle continuité du DC Universe, le premier numéro fait de lui un escroc sans pouvoirs qui va être enlevé par une entité inconnue (sans doute alien si on s’en tient à son historique précédent) qui va s’immiscer dans son esprit. Cole Cash entend désormais la voix de son kidnappeur et, dans sa fuite, va passer du rang de simple escroc à celui de dangereux terroriste malgré lui.

 

Visuellement le travail de Cafu fonctionne assez bien, avec des airs de Gary Frank lors de ses débuts sur Incredible Hulk pour les visages par exemple, et le scénario de Nathan Edmonson semble renfermer des astuces qui ne nous seront distillées que dans de futurs numéros. Toutefois, si on peut apprécier que l’intrigue soit moins simpliste que certains autres comics du reboot (Justice League par exemple), il est parfois nécessaire de s’accrocher pour tout suivre car certaines ellipses sont parfois étranges. Néanmoins, cela donne à ce titre un rythme et une saveur particulière pas désagréable.

 

Le premier numéro de cette série Grifter est assez convaincant donc, malgré une impression de scénario brouillon. Les éléments agencés ici laissent à penser à une intrigue plus poussée par la suite : qui est et que veux cette entité ? Qui va se lancer à la poursuite de Grifter et quelles en seront les conséquences ? Et comment va réagir Cole à tout ça ? Bref, le titre a du potentiel et il donne envie de revenir voir ce qui va s’y passer. Il est toutefois tôt d’émettre un avis définitif sur celui-ci, mais ça se profile bien.

Hormis les singles récents, DC a annoncé que les 6 premiers numéros sortiront en trade paperback en juillet 2012 au tarif de 14,99 $ (couverture souple) : tarif intéressant quand on sait que l’ensemble des singles revient à 6 x 2,99 = 17,94 $. Par contre, sans de meilleures infos de la part du futur éditeur VF, difficile de parier sur la sortie en France de la série étant donné qu’il ne s’agit pas d’un personnage majeur comme un Batman ou un Superman.